sábado, 20 de setembro de 2008

Uma aula

Pra vocês verem minha cara feia, e minha voz de cana rachada...

(Aula que dei em 19.9.08.)

Meu clínico determinou que devo perder dez quilos.

9 comentários:

confetti disse...

aplausos e sorrisos de prazer**

monsieur dorià, vous êtes un magicien: j'ai tout compris du corps noir et de la catastrophe ultraviolette !

allez, 10 kgs c'est trop...perdez la moitié et récuperez la joie de vivre: je vous le souhaite !

et votre voyage en europe ? racontez...

c'est un plaisir de vous relire !

Francisco Antonio Doria disse...

Je dois mettre au YouTube la deuxième lection.

Le voyage? Bon, tagliatelli alla panna ai tartuffi neri à Florence, dans une trattoria tout près du Palazzo Vecchio. Un séjour à Montegufoni, ce château de mes ancêtres Acciaioli... J'en parlerai :))

Elizabeth disse...

Achei seu blog pesquisando sobre o Correio da Manhã, que é citado em um post seu sobre 68.
Sou jronalista e esotu afzendo uma pesquisa sobre o Quarto CADERNO DO Correio.
Poderiamos trocar idéias?
Elizabeth

confetti disse...

seu doria,abandonou o espaço virtual ? ta viajando ? entediou ?dormiu ? emagreceu os tais 10 kgs ?
a pobre residente famadoriana ta frustradinha...e nao aguenta mais assistir a mesma aula :-(

donnez signe de vie, s'il vous plait

Francisco Antonio disse...

Je recommence le livre sur 1968. J'ai rencontré Zuenir le samedi chez des amis communs et il m'a dit que je devais finir ce livre. Donc...

Je suis en train de finir trois ou quatre articles, tous d'extrême urgence, mais dès qu'ils soient avec les éditeurs - je reviens au blog. Hélas, ma vie n'est pas eternellement virtuelle!

;-)))

confetti disse...

zuenir ventura, aquele do ano que nao terminou !!
belle rencontre, seu doria !

ma vie n'est pas non plus "eternellement virtuelle", mais on vit quand même une epoque hyper digitale, impossible de s'en passer...n'est ce pas ? ma soif d'apprendre s'est démultipliée, jamais ça n'a été si passionnant...j'imagine que pour vous aussi, surtout dans votre métier...

bonne soirée, travaillez bien !

Francisco Antonio disse...

J'écris, j'écris, j'écris toujours. Pour le moment je fais la correction d'un texte étrange: Einstein meets Goedel - what can metamathematics say about the nature of time...

surréal!

Camillo Cresta disse...

Ciao, Francisco. A quest'ora avrai smaltito i pranzi fiorentini, graditi
ma strenui avversari, nella tua lotta (?) contro i 10 chili!
Un caro saluto.

Francisco Antonio Doria disse...

Brave, bravissime ricordanze della campagna toscana prossima a Montegufoni, l'antico castello degli Acciaioli...

Ho bisogno del tuo indirizzo, Camillo.